16 jours d’action contre les violences basées sur le genre

Chypre, Communiqué de Presse, Egalité des genres et droits des femmes, Egypte, Israel / TPO, Jordanie, Syrie, Tunisie, Turquie

Lire en:  Anglais  Arabe 

EuroMed Droits participe aux 16 jours d’action contre les violences basées sur le genre, du 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination des violences à l’encontre des femmes, jusqu’au 10 décembre, Journée internationale des droits humains.

La Vice-Présidente d’EuroMed Droits, Nabia Haddouche, déclare :

“Les violences à l’encontre des femmes ne sont pas réservées aux étoiles d’Hollywood. Ces violences sévissent partout dans le monde et touchent les femmes de toutes les classes sociales. Elles affectent autant la sphère privée que la sphère publique. Si des progrès ont été réalisés ces dernières années dans certains pays de la région méditerranéenne, notamment en Tunisie avec la Loi Intégrale et la ratification de la Convention d’Istanbul par certains pays euro-méditerranéens, ces avancées restent insuffisantes. Les femmes souffrent encore de stéréotypes liés au genre construits d’après des normes sociales et culturelles. Cet environnement favorise indubitablement un climat d’impunité et de violences à l’encontre des femmes, ce qui a un impact sur l’ensemble de la société. Compte-tenu des conflits dans la région, les femmes devraient être encore mieux protégées car elles sont confrontées à des vulnérabilités spécifiques.”

Malgré certains progrès accomplis par des instances internationales dans la défense et la promotion des droits fondamentaux des femmes, de nombreuses dispositions législatives, politiques, sociales, administratives, économiques et culturelles sont largement discriminatoires et continuent d’affecter les femmes dans leur quotidien.

EuroMed Droits, qui défend les droits humains dans la région euro-méditerranéenne, est particulièrement attentif aux violences à l’égard des femmes, violences qui constituent l’une des pires discrimination à l’égard des femmes, et qui sont une violation des droits fondamentaux des femmes. C’est pourquoi EuroMed Droits promeut activement depuis plus d’un an l’adoption de la Convention d’Istanbul dans l’ensemble de la région euro-méditerranéenne en tant que cadre global de lutte contre les violences faites aux femmes.

Dans une série d’articles et de fiches informatives qui seront publiés progressivement ces 16 jours, EuroMed Droits en partenariat avec ses organisations membres exposera, statistiques à l’appui, comment les droits des femmes continuent d’être bafoués, dans les pays du Nord et du Sud de la région euro-méditerranéenne.

Témoignages et états des lieux

Découvrez davantage sur la situation des violences basées sur le genre dans les pays suivants

Chypre

Selon une étude sur les violences domestiques à l’égard des femmes, 22 % des femmes Chypriotes âgées de plus de 15 ans ont subi des violences physiques et/ou sexuelles au cours de leur vie… Cependant, nous saluons la ratification de la Convention d’Istanbul par Chypre et nous espérons que la législation passera au plus vite au niveau du Parlement afin qu’elle soit rapidement implémentéeLisez notre état des lieux sur les violences faites aux femmes à Chypre (désormais aussi accessible en grec).

Égypte

Somaya a été sexuellement harcelée et physiquement attaquée par H.A. en 2015, menant à une sentence de seulement deux semaines. Deux ans plus tard, H.A. l’a attaquée à l’arme blanche, causant une cicatrice de 20 cm sur son visage… Au-delà de ce cas médiatisé dénommé « la fille du mal », ces incidents résultent soit d’un défaut de mise en oeuvre des politiques existantes, soit de l’absence de politiques pour protéger les victimes qui ont survécu à ce type de violence. Visionnez son témoignage vidéo (en arabe, sous-titres en anglais) et lisez d’autres témoignages de femmes en Égypte (en anglais et arabe).

Jordanie

EVÉNEMENT: Le 26 novembre, Mizan for Law, le Danish Arab Partnership Programme, KVINFO & EuroMed Rights ont organisé une table ronde sur « La lutte contre les violences faites aux femmes dans la région euro-med ». Des femmes activistes des droits humains, issues de quatre pays de la région, ont présenté la situation dans leurs pays respectifs et donné leur point de vue sur les prochaines étapes à suivre. De plus, une parlementaire jordanienne et un représentant de l’UE ont discuté des efforts du gouvernement jordanien et de l’UE dans la protection et le soutien de femmes victimes de violences.

Palestine

En octobre 2017, le Centre des femmes pour l’aide légale (WCLAC) et l’Union générale pour les femmes palestiniennes (GUPW) ont conjointement soumis un rapport pour considération, auprès du Comité pour l’élimination de la discrimination envers les femmes (CEDAW), dont la révision d’Israël a eu lieu le 17 novembre. Lisez le rapport et les conclusions de la CEDAW (en anglais). WCLAC et d’autres organisations soutenues par la Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté (WILPF) ont également soumis un rapport (en anglais) au Groupe de Travail de l’Examen Périodique Universel (EPU) sur Israël qui aura lieu en janvier 2018. Ces deux rapports mettent en avant l’impact sur le genre de la violence lors d’une occupation par l’État d’Israël.

Syrie

Il est estimé que 8289 femmes sont toujours détenues par les forces de sécurité syriennes à travers le pays, parmi lesquelles pas moins de 599 filles de moins de 18 ans, 107 femmes détenues avec leurs enfants et au moins 57 femmes décédées en détention et sous la torture. Lisez notre état des lieux sur les violences faites aux femmes en Syrie, ainsi que les témoignages de 10 syriennes.

Tunisie

Le 11 août 2017, la Tunisie a adopté une loi relative à l’élimination des violences faites à la femme, marquant ainsi une avancée significative dans la lutte contre les violences faites aux femmes et l’aboutissement de plusieurs décennies d’efforts de plaidoyer menés par la société civile tunisienne. Cependant cette nouvelle loi présente de graves lacunes et peine à être déployée sur le terrain. Elle ne prévoit par exemple aucune disposition expresse incriminant le viol conjugal… Pour en savoir plus

Turquie

Après des semaines de protestations et malgré une opposition et des objections constantes au sein du Parlement, la « Loi Mufti » a été adoptée par l’Assemblée Nationale turque le 19 octobre 2017. Cette loi représente une victoire du Président Erdoğan sur le sécularisme. Désormais, les muftis (érudits islamiques qui interprètent et expliquent la loi islamique) enregistrés auprès de l’État auront le droit d’effectuer des mariages civils. Pour en savoir plus


Campagne sur la Convention d’Istanbul

Consultez notre campagne sur la Convention d’Istanbul.