Jordanie

A propos

  • État des lieux des violences à l’égard des femmes en Jourdanie: Lire notre fiche technique ici
Jordanie

La liberté d’association, de réunion et d’expression fait l’objet de vives inquiétudes dans le royaume. Bien que les Jordaniens n’aient plus besoin d’obtenir l’autorisation du gouvernement pour organiser des réunions publiques ou des manifestations, les procureurs continuent de poursuivre des manifestants pour avoir participé à des « rassemblements illégaux » en vertu de l’article 165 du Code pénal. De nombreux ecclésiastiques, journalistes et syndicalistes ont été arrêtés, placés en détention et poursuivis pour avoir pacifiquement exprimé leurs opinions.

Bien que la Constitution garantisse l’égalité des genres, la nature patriarcale du système juridique jordanien contribue dans les faits à la discrimination contre les femmes. La loi de 2008 sur la violence domestique présente des lacunes et les « meurtres d’honneur » de femmes et de filles par leur mari ou leur famille en raison de leur comportement soi-disant indécent constituent toujours un problème en Jordanie. Le gouvernement n’a toujours pas pris de mesures visant à sanctionner plus sévèrement ces crimes. De plus, les femmes qui risquent d’être victimes de ces « crimes d’honneur » continuent d’être placées en détention « pour leur propre protection » en vertu de la loi de 1954 sur la prévention des crimes.

La torture et les mauvais traitements en prison, ainsi que les procès inéquitables sont monnaie courante en Jordanie. La peine de mort est par ailleurs toujours d’application. La Jordanie a été l’un des premiers pays de la région à adopter une loi progressiste pour lutter contre la traite des êtres humains en 2009. Dans la pratique, de nombreux travailleurs migrants sont toutefois toujours exploités et victimes de mauvais traitements. Le système du parrainage (Kefala) facilite les abus, dans la mesure où les employeurs décident du droit des employés à travailler et à rester dans le pays. La Jordanie a accueilli de nombreuses personnes réfugiées venant de Syria jusqu’en avril 2015, date à laquelle tous les points de passage frontaliers ont été fermés. Avec environ 1,3 million de personnes réfugiées en provenance de Syrie, dont près de 80 % sont des femmes et des enfants, la Jordanie est l’un des principaux pays d’accueil de la région.