Egalité des genres et droits des femmes

A propos

icon-gender-250Malgré certains progrès accomplis par des instances internationales dans la défense et la promotion des droits fondamentaux pour les femmes, ces droits ne sont toujours pas respectés de par le monde. Dans la région euro-méditerranéenne, l’environnement social, politique, légal, administratif, économique et culturel est caractérisé par une inégalité profonde entre les hommes et les femmes.

Des progrès considérables ont été menés depuis les années 70, en particulier concernant le niveau d’alphabétisation des femmes dans le Moyen-Orient et en Afrique du Nord, mais ces victoires n’ont pas encore eu de résultat concluant dans la participation des femmes dans la sphère publique. Dus à des lois et des politiques discriminatoires qui affectent toujours les droits civils, politiques et économiques des femmes, leur participation dans la sphère publique, incluant le marché du travail dans la vie politique et parlementaire, demeure parmi les plus bas au monde.

De plus, les cas de violences faites aux femmes et le climat d’impunité qui suit ces violences sont alarmants, et cela partout. L’Europe est souvent considérée comme un fervent défenseur des droits des femmes, mais néanmoins d’importants obstacles et défis continuent d’empêcher les Européennes d’accéder à l’égalité.

wgw-theme-picture

Groupe de travail

EuroMed Droits, l’une des seules plateformes dans la région euro-méditerranéenne, a rassemblé sur un pied d’égalité des organisations de défense des droits des femmes du nord et du sud au sein de son groupe de travail sur les droits des femmes et l’égalité des genres (GTG).

Depuis 2004, le GTG s’efforce d’influencer les efforts des gouvernements de la région en faveur de l’égalité des genres et du renforcement du rôle des femmes dans la société. Le GTG est également très actif dans la lutte contre la violence et l’impunité pour les actes de violence à l’égard des femmes.

Depuis sa création, le GTG contrôle la situation dans le domaine de l’égalité des genres et des droits des femmes dans la région via la publication de rapports. Il fournit également des informations aux OSC, aux décideurs politiques et aux médias dans le cadre de réunions nationales, ainsi que de missions et de réunions de plaidoyer.

Dans le sillage des révolutions arabes, le GTG a joué le rôle d’un forum important permettant d’aborder la marginalisation des femmes dans les processus de transition et d’élaborer des stratégies sur la manière de contrer cette tendance. Lors d’une réunion au Caire en 2012, les organisations participantes ont mentionné la montée de la violence à l’égard des femmes (VEF) dans la région et le climat d’impunité qui y règne. Il s’agit selon ces organisations d’enjeux essentiels. Un rapport régional a ensuite été rédigé et une conférence a permis de réunir 120 participants originaires de l’ensemble de la région (novembre 2013). Les participants à la conférence ont appelé au renforcement de la coopération et de la solidarité, afin de mettre un terme à l’impunité pour les crimes de VEF dans la région.

En plus de son travail thématique sur l’égalité des genres et les droits des femmes dans la région, le groupe de travail sert également de plateforme de connaissances et de ressources sur le « gender mainstreaming » pour le réseau tout entier. Les langues véhiculaires pour le groupe de travail sont l’anglais et l’arabe, et la référente politique du groupe est la Vice-Présidente d’EuroMed Droits, Nabia Haddouche.