Attaques continues contre les défenseurs des droits humains en Turquie

Justice et Etat de Droit, Turquie

Lire en:  Anglais 

Communiqué de presse

Bruxelles, le 21 mars 2019

Suite à la 7e audience du procès contre les « 10 d’Istanbul », EuroMed Droits exprime sa solidarité et son soutien à la société civile indépendante en Turquie, qui subit constamment un harcèlement judiciaire, y compris la détention arbitraire, en raison de son travail de promotion et de protection des droits humains et libertés fondamentales dans le pays.

L’absence de respect des droits humains, comme ceux inscrits dans les Pactes internationaux relatifs aux droits humains dont la Turquie est signataire ainsi que dans la Convention européenne des droits de l’Homme (CEDH), encourage un climat d’impunité et de répression.

EuroMed Droits appelle donc les autorités turques à :

  • Assurer la protection des défenseurs des droits humains sans distinction d’appartenance ethnique, de langue ou de religion ;
  • Respecter pleinement les obligations internationales en matière de droits humains et garantir les droits consacrés dans la Convention européenne des droits de l’Homme, comme souligné à l’article 1 CEDH ;
  • Garantir à tous les accusés leur droit à un procès équitable, conformément à l’article 6 CEDH.

NOTE AUX RÉDACTEURS :

Le jeudi 21 mars, au palais de justice d’Istanbul, s’est rouvert le procès contre les « 10 d’Istanbul » et Taner Kılıç, président honoraire d’Amnesty International Turquie. Parmi les accusés figurent Nalan Erkem et Özlem Dalkıran, représentants de Citizens Assembly ((h)Ca), organisation membre d’EuroMed Droits.