Les Marocain.e.s bloqué.e.s à l’étranger doivent être rapatrié.e.s

Lettre Ouverte, Maroc / Sahara Occidental

LETTRE OUVERTE

Le Chef du gouvernement,

Le Ministre des Affaires Étrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains Résidant à l’Étranger

Les Associations et Réseaux de Défense des Droits humains demandent le rapatriement urgent des Marocain.e.s bloqué.e.s à l’étranger suite à la crise sanitaire et la fermeture des frontières.

Plusieurs centaines de marocain.e.s se sont retrouvé.e.s bloqué.e.s dans plusieurs pays suite à la décision de l’Etat marocain de fermer ses frontières depuis le 12 mars dernier en raison de la propagation de la pandémie de Covid-19. Cette décision a été prise sans communication préalable et sans prise en charge de la plupart des citoyen.e.s bloqué.e.s à l’étranger. Par conséquent, ces personnes se sont aujourd’hui dans une situation de vulnérabilité extrême.

Aujourd’hui, après la décision du Maroc de prolonger de 30 jours l’Etat d’urgence sanitaire, ces personnes sont toujours bloqué.e.s et se trouvent dans un état de désespoir total. Parmi elles/eux des femmes qui faisaient les passages quotidiens entre les villes du nord et Ceuta et Melilla, des jeunes et des personnes âgées qui étaient en déplacements pour rendre visite à leurs proches ou pour se soigner, des étudiants dans certains pays européens notamment l’Espagne, la France et l’Italie qui se retrouvent aujourd’hui sans ressources, des ouvriers en Algérie, des médecins qui ont assisté à des rencontres professionnelles à l’étranger etc. Ces personnes, dont la majorité des cas n’ont pas beaucoup de moyens, sans logement, sans ressources, démunies, loin de leurs familles et exposées au risque de propagation du virus, sans pouvoir être assistées durant cette période de confinement.

Ces personnes ont frappé à toutes les portes. Plusieurs d’entre elles ont fait des appels à l’aide destinés aux autorités concernées, ont contacté les organisations de défense des droits humains, et se sont exprimé dans la presse et les réseaux sociaux avec des témoignages écrits et audiovisuels montrant la précarité de leurs conditions et exigeant leur le retour au pays. Quelques-un.e.s ont même organisé des actions de protestation, tels que des sit-in devant le consulat marocain, notamment à Istanbul et devant l’ambassade du Maroc à Paris ou encore une grève de la faim de trois jours menée par M. Moncef Essaid, avocat au barreau de Rabat bloqué à Ceuta, qui revendique son rapatriement.

Après plusieurs appels lancés par la société civile pour interpeller l’Etat et lui rappeler ses obligations envers ses concitoyen.e.s, les déclarations de la Ministre déléguée auprès du Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Africaine et des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires d’Immigration étaient surprenantes pour le moins qu’on puisse dire. Non seulement elle n’a pas proposé de solutions pour rapatrier ces personnes, mais elle a osé demander à ces personnes d’être responsables ! D’autant plus, elle a avancée qu’il n’y a pas d’interlocuteurs officiels dans les pays européens pour trouver une solution. Or, le gouvernement a coopéré avec plusieurs pays pour faciliter le rapatriement de leurs citoyen.e.s qui étaient bloqué.e.s sur son sol, notamment des Français.e.s et des Américain.e.s.

Nous, Associations et Réseaux de Défense des droits humains, rappelant aux autorités marocaines leurs engagements envers leurs citoyen-e-s, nous exigeons à ce que :

  • Des cellules de crise soient mises en place par le ministère des affaires étrangères et les ambassades pour gérer cette situation, rassurer ces marocain.e.s en les contactant immédiatement et en leur fournissant toutes les aides et l’assistance dont ils/elles ont besoin.
  • Ces citoyen.e.s marocain.e.s bloqué.e.s soient rapatrié.e.s d’urgence dans les meilleures conditions, tout en respectant les mesures sanitaires nécessaires à leur protection et à celle de leurs familles, comme cela a été faite lors de rapatriement des étudiant.e.s marocain.e.s de Wuhan.

Rabat le 20 avril 2020

Les premières signatures :

  • Association Marocaine des Droits Humains
  • Ligue Marocaine pour la défense des Droits Humains
  • Coalition Marocaine des Instances des Droits Humains
  • EuroMed Droits
  • La Coordination Maghrébine des Organisations des Droits Humains
  • Association ADALA
  • ALARM PHONE
  • Association Marocaine des Femmes Progressistes
  • Association Bougies pour l’Egalité
  • Forum de Femmes au Rif
  • Le forum marocain vérité et justice
  • l’espace associatif
  • la coordination de la marche mondiale des femmes au Maroc
  • SOS Migrants ASBL Belgique
  • Association des Travailleurs Maghrébins de France
  • L’ASDHOM
  • Association des Marocains en France